L’employeur peut-il demander l’annulation de la rupture conventionnelle si son salarié lui a menti sur ses motivations ?

Publié le 08 septembre 2022

De façon traditionnelle, lorsque l’on envisage la rupture du contrat de travail, il est invoqué la démission, à l’initiative du salarié, et le licenciement, à l’initiative de l’employeur. Toutefois, depuis la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, le législateur a instauré un mode de rupture amiable reposant sur l’accord du salarié et de l’employeur : la rupture conventionnelle.

En pratique, la rupture conventionnelle tend à devenir le mode de rupture le plus fréquent par les avantages qu’elle confère tant à l’employeur (sécurisation de la rupture) qu’au salarié (indemnité de rupture et ouverture des droits auprès de Pôle Emploi).

Aussi, l’arrêt rendu par la Chambre sociale de la Cour de cassation le 11 mai 2022 (n° 20-15.909) apporte une contribution éclairante sur le sort de la rupture conventionnelle lorsque le salarié a menti pour pouvoir en bénéficier.

Dans les faits rapportés par l’arrêt, le salarié d’une société automobile avait demandé une rupture conventionnelle à son employeur en soutenant qu’il avait un projet de reconversion professionnelle. Manifestement compte tenu de ce motif particulier, l’employeur a accepté cette rupture.

Cependant, après la régularisation de la rupture conventionnelle, l’employeur a appris que son ancien salarié l’avait trompé sur le motif réel de sa demande, puisque la véritable raison de la rupture était son embauche par la concurrence comme directeur commercial. S’estimant trompé, l’employeur a saisi les juridictions prud’homales en demandant la nullité de la rupture conventionnelle.

La Cour d’appel de Saint-Denis de La Réunion a fait droit à la demande de l’employeur en retenant que le salarié avait invoqué un projet mensonger, ce qui constituait une manœuvre constitutive d’un dol, c’est-à-dire ayant trompé l’employeur et justifiant donc l’annulation de la rupture conventionnelle.

Le salarié a formé un pourvoi en cassation.

Or la Haute juridiction casse la décision de la Cour d’appel en considérant que les premiers juges ont commis une erreur de droit.

En effet, la Cour de cassation rappelle que la tromperie est bien une cause de nullité mais souligne qu’il est impératif de démontrer que ces manœuvres ont été déterminantes du consentement du cocontractant, c’est-à-dire que sans ces manœuvres l’autre partie n’aurait pas contracté. La charge de la preuve pesant sur celui qui invoque le dol, il appartient donc à l’employeur de démontrer que sans le mensonge du salarié, il n’aurait pas accepté la rupture conventionnelle.

La Cour de cassation applique à la rupture conventionnelle la solution qu’elle retient de façon classique.

Il appartient donc à l’employeur qui souhaite obtenir l’annulation de la rupture conventionnelle en raison des mensonges de son salarié de démontrer que c’est bien le motif avancé par ce dernier qui l’a déterminé à accepter la rupture conventionnelle.

En pratique, il est particulièrement difficile de rapporter cette preuve car le plus souvent les échanges pour envisager la rupture sont réalisés de façon informelle.

Cependant, si l’employeur est confronté à un motif particulier avancé par un salarié et qu’il souhaite accepter la rupture pour cette raison précise, il ne peut que lui être conseillé d’indiquer par écrit (LRAR ou remise en main propre signée) son accord en mentionnant qu’il a été déterminé par ce motif spécifique et que pour une autre raison, il aurait refusé.

L’employeur a d’ailleurs un intérêt particulier à obtenir l’annulation de la rupture conventionnelle si son salarié lui a menti.

En effet, au-delà du mensonge, l’annulation de la rupture conventionnelle obligera le salarié à restituer l’indemnité de rupture versée, mais ce dernier devra également payer une indemnité pour le préavis qu’il n’a finalement pas exécuté, la rupture annulée s’analysant effectivement comme une démission.

A l’inverse, il est conseillé au salarié de faire preuve de prudence lors de la sollicitation de la rupture conventionnelle auprès de son employeur.

Les enjeux ne sont pas négligeables et le cabinet ACG est à votre disposition pour vous assister et vous conseiller.

Olivier BARNEFF
Avocat associé

Dans la même thématique

6 questions sur les lanceurs d’alerte

Publié le 30 novembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit social des employeurs
Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte ? Une personne physique qui signale ou divulgue, sans contrepartie financière directe et de bonne foi, des informations portant sur un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l'intérêt général, une violation ou une tentative de dissimulation d'une violation d'un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d'un acte unilatéral d'une organisation internationale pris sur le fondement d'un tel engagement, du droit de l'Union européenne, de la loi ou du règlement.

Nullité du contrat en l’absence d’informations sur le droit de rétractation

Publié le 22 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels

Le contrat de vente ou de prestations de services conclu dans un lieu qui n'est pas celui où le professionnel exerce habituellement son activité – dit contrat « hors établissement » – , doit comporter certaines informations, parmi lesquelles l’existence d’un droit de rétractation pour le souscripteur au contrat.

Loyers commerciaux et Covid-19 : la Cour de cassation tranche en faveur des bailleurs

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels

Par trois arrêts publiés et deux avis rendus le 30 juin dernier, la troisième chambre de la Cour de cassation statue enfin sur la question de l’exigibilité des loyers dus pendant la période de pandémie (Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-B, n° 21-20.127 (1re espèce) et Avis ; Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-B, n° 21-20.190 et Avis ; Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-D, n° 21-19.889 (3e espèce) et Avis).

La mise à pied conservatoire : les risques d’un report de la procédure disciplinaire

La mise à pied conservatoire est une mesure de précaution autorisée par la loi, à l’article L 1332-3 du Code du Travail. Elle suppose que l’employeur ait eu connaissance de faits qu’il estime fautifs et suffisamment graves pour justifier la mise à l’écart du salarié de l’entreprise, dans l’attente de sa décision sur une sanction.

Une avancée majeure dans le droit de la reconnaissance en France des praticiens à diplôme étranger

Publié le 26 avril 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit des professionnels de la santé

Une avancée majeure pour la reconnaissance en France des praticiens de santé à diplôme étranger reconnu dans un autre état membre – confirmation des principes de la jurisprudence Hocsman - L’administration est tenue d’examiner la demande d’autorisation d’exercice de la profession de médecin, de chirurgien-dentiste, de pharmacien ou de sage-femme en France même si le candidat n’a pas obtenu la reconnaissance de sa spécialité et/ou exercé 3 ans dans l’État membre qui a reconnu son titre étranger, s’accordent à juger, la Cour de justice de l’Union européenne et le Conseil d’État.

La Force Majeure à l’épreuve du COVID 19

Publié le 24 mars 2020 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels
Quelles vont être les conséquences du Coronavirus sur les contrats commerciaux ?

Les regroupements doivent cesser, les mariages et les manifestations s’annulent en chaîne…les clients refusent de payer. La force majeure est agitée pour mettre fin à ses obligations contractuelles comme la chloroquine pour résister au virus c’est-à-dire dans la précipitation et sans étude des contrats, des lois en vigueur et des ordonnances à venir prises en vertu de la loi publiée le 24 mars 2020 sur l’état d’urgence sanitaire.