La mise à pied conservatoire : les risques d’un report de la procédure disciplinaire

Publié le 08 septembre 2022

La mise à pied conservatoire est une mesure de précaution autorisée par la loi, à l’article L 1332-3 du Code du Travail. Elle suppose que l’employeur ait eu connaissance de faits qu’il estime fautifs et suffisamment graves pour justifier la mise à l’écart du salarié de l’entreprise, dans l’attente de sa décision sur une sanction.

Toute mise à pied conservatoire doit être immédiatement suivie de l’entame d’une procédure disciplinaire. Souvent, c’est la convocation même à entretien préalable à sanction ou licenciement qui notifie, par la même occasion, la mise à pied à titre conservatoire, dans l’attente de l’issue de ladite procédure.

Si la procédure disciplinaire est engagée tardivement par rapport à la notification de la mise à pied conservatoire, la requalification de la mise à pied conservatoire s’impose en mise à pied disciplinaire. Un délai de 6 jours a ainsi été jugé trop long entre la mise à pied et l’engagement de la procédure, entraînant de facto la requalification de la mise à pied conservatoire en mise à pied disciplinaire (Arrêt du 30 octobre 2013, n° 12-22.962). La Cour de cassation a également eu l’occasion de se prononcer sur les conséquences d’un report d’un entretien préalable, aux termes d’un arrêt du 17 octobre 2018 (Arrêt du 17 octobre 2018, n° 16-28.773).

Cette précision jurisprudentielle n’a pas fait l’objet de commentaires particuliers. Elle est cependant d’une importance capitale dans les enjeux d’une requalification de mise à pied conservatoire en mise à pied disciplinaire et toutes ses conséquences sur l’absence de validité de toute autre sanction décidée ultérieurement, notamment, un licenciement.

En l’espèce, un employeur avait entamé une première procédure disciplinaire et notifié une mise à pied conservatoire, en même temps que la première convocation à entretien préalable. Estimant que ladite convocation à entretien préalable contenait des erreurs, vis-à-vis des textes conventionnels applicables, la société décidait de reconvoquer une seconde fois le salarié à un entretien ultérieur, avec notification d’une nouvelle mise à pied conservatoire. La Cour de cassation, validant la position de la COUR D’APPEL DE PARIS, a décidé que la nouvelle convocation à entretien préalable était bien trop éloignée dans le temps de la première notification de mise à pied conservatoire. Ladite mise à pied conservatoire a été requalifiée en mise à pied disciplinaire. Le licenciement de l’employeur a été jugé, de facto, illégal.

Gérald CHALON, avocat à Reims en droit du travail et droit public
Gérald CHALON
Avocat associé

Dans la même thématique

6 questions sur les lanceurs d’alerte

Publié le 30 novembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit social des employeurs
Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte ? Une personne physique qui signale ou divulgue, sans contrepartie financière directe et de bonne foi, des informations portant sur un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l'intérêt général, une violation ou une tentative de dissimulation d'une violation d'un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d'un acte unilatéral d'une organisation internationale pris sur le fondement d'un tel engagement, du droit de l'Union européenne, de la loi ou du règlement.

Nullité du contrat en l’absence d’informations sur le droit de rétractation

Publié le 22 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels

Le contrat de vente ou de prestations de services conclu dans un lieu qui n'est pas celui où le professionnel exerce habituellement son activité – dit contrat « hors établissement » – , doit comporter certaines informations, parmi lesquelles l’existence d’un droit de rétractation pour le souscripteur au contrat.

L’employeur peut-il demander l’annulation de la rupture conventionnelle si son salarié lui a menti sur ses motivations ?

De façon traditionnelle, lorsque l’on envisage la rupture du contrat de travail, il est invoqué la démission, à l’initiative du salarié, et le licenciement, à l’initiative de l’employeur. Toutefois, depuis la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, le législateur a instauré un mode de rupture amiable reposant sur l’accord du salarié et de l’employeur : la rupture conventionnelle.

Loyers commerciaux et Covid-19 : la Cour de cassation tranche en faveur des bailleurs

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels

Par trois arrêts publiés et deux avis rendus le 30 juin dernier, la troisième chambre de la Cour de cassation statue enfin sur la question de l’exigibilité des loyers dus pendant la période de pandémie (Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-B, n° 21-20.127 (1re espèce) et Avis ; Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-B, n° 21-20.190 et Avis ; Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-D, n° 21-19.889 (3e espèce) et Avis).

Une avancée majeure dans le droit de la reconnaissance en France des praticiens à diplôme étranger

Publié le 26 avril 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit des professionnels de la santé

Une avancée majeure pour la reconnaissance en France des praticiens de santé à diplôme étranger reconnu dans un autre état membre – confirmation des principes de la jurisprudence Hocsman - L’administration est tenue d’examiner la demande d’autorisation d’exercice de la profession de médecin, de chirurgien-dentiste, de pharmacien ou de sage-femme en France même si le candidat n’a pas obtenu la reconnaissance de sa spécialité et/ou exercé 3 ans dans l’État membre qui a reconnu son titre étranger, s’accordent à juger, la Cour de justice de l’Union européenne et le Conseil d’État.

La Force Majeure à l’épreuve du COVID 19

Publié le 24 mars 2020 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels
Quelles vont être les conséquences du Coronavirus sur les contrats commerciaux ?

Les regroupements doivent cesser, les mariages et les manifestations s’annulent en chaîne…les clients refusent de payer. La force majeure est agitée pour mettre fin à ses obligations contractuelles comme la chloroquine pour résister au virus c’est-à-dire dans la précipitation et sans étude des contrats, des lois en vigueur et des ordonnances à venir prises en vertu de la loi publiée le 24 mars 2020 sur l’état d’urgence sanitaire.