Ordonnances Macron : la procédure de précision des motifs énoncés dans la lettre de licenciement

Publié le 21 décembre 2017

Le décret n°2017-1702 du 15 décembre 2017 relatif à la procédure de précision des motifs énoncés dans la lettre de licenciement est publié au Journal Officiel du 17 décembre 2017.

Une des ordonnances « Macron » du 23 septembre dernier relative à la prévisibilité et à la sécurisation des relations de travail avait prévu la possibilité pour l’employeur, soit de sa propre initiative, soit à la demande du salarié, de préciser (et non plus de « compléter » comme cela avait été initialement prévu), les motifs énoncés dans sa lettre de licenciement, quel qu’en soit le motif, économique ou personnel, et ce postérieurement à l’envoi de cette lettre de licenciement.

On s’interrogeait notamment sur l’existence ou non d’un délai offert à l’employeur pour ainsi se « rattraper ». L’employeur aurait-il jusqu’à la saisine du Conseil de Prud’hommes ? Pourrait-il toujours préciser en cours d’instance ? Jusqu’à la plaidoirie (la procédure étant « orale ») ?

Le décret répond à ces questions et prévoit :
Des délais
• le salarié a 15 jours à compter de la notification du licenciement pour demander des précisions à l’employeur
• l’employeur a à son tour 15 jours pour lui répondre après la réception de sa demande
• l’employeur peut aussi prendre l’initiative de préciser ses motifs de licenciement dans les 15 jours suivants la notification de sa lettre de licenciement
Un formalisme
• Les parties s’écrivent soit par lettre recommandée avec avis de réception
• Soit par lettre remise contre récépissé

Ces nouvelles règles sont applicables aux licenciements notifiés postérieurement à sa publication, soit postées à compter du lundi 18 décembre dernier.

Plusieurs remarques à ce stade :

« 15 jours » : travaillés ? ouvrés ? ouvrables ? A défaut de précision dans le texte, on peut estimer qu’il s’agit de jours calendaires, mais dont le terme est reporté au premier jour ouvrable suivant lorsqu’il expire un dimanche ou un jour férié ;

« à compter de la notification » : au dernier état de la jurisprudence de la Cour de cassation, et à défaut de précision du texte, on peut penser qu’il s’agit-là de la date d’envoi de la lettre. Cependant, la question risque d’être débattue car logiquement le délai ne saurait courir à l’égard du salarié qu’à compter de sa réception du courrier (ou de sa présentation à son domicile par La Poste), alors que pour l’employeur il devrait courir à compter de l’envoi, étant rappelé qu’en la matière, la règle de droit commun est de ne pas compter le jour du point de départ du délai, mais de compter le dernier jour du délai ;

« demander des précisions » : justement le texte n’oblige pas le salarié à expliciter sa demande, qui peut demeurer très vague (et même limitée à ces seuls termes)

La seule insuffisance de motivation d’une lettre de licenciement est désormais sanctionnée par une indemnité limitée à 1 mois de salaire, mais seulement lorsque le salarié n’a pas formulé de demande de précision à son employeur. S’il l’a fait, et que la lettre demeure insuffisamment motivée, alors le licenciement sera jugé sans cause réelle et sérieuse, et l’indemnité sera alors fixée dans le cadre du nouveau barème d’indemnisation en fonction de l’ancienneté du salarié et de l’effectif de l’entreprise ;

• C’est toujours la lettre de licenciement, éventuellement ainsi « précisée » qui « fixera les limites du litige » devant le Conseil de Prud’hommes : les juges ne peuvent prendre en compte des motifs qui ne figurent pas dans la lettre de licenciement initiale et qui ont été ajoutés postérieurement dans la lettre de « précisions ».

Gageons que certains vont prendre la plume entre Noël et Jour de l’An !

Vanessa LEHMANN
avocat associé

 

Vanessa LEHMANN
Avocat associé

Dans la même thématique

6 questions sur les lanceurs d’alerte

Publié le 30 novembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit social des employeurs
Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte ? Une personne physique qui signale ou divulgue, sans contrepartie financière directe et de bonne foi, des informations portant sur un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l'intérêt général, une violation ou une tentative de dissimulation d'une violation d'un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d'un acte unilatéral d'une organisation internationale pris sur le fondement d'un tel engagement, du droit de l'Union européenne, de la loi ou du règlement.

L’absence d’obligation de consulter le CSE lorsque le médecin du travail exclut toute possibilité de reclassement du salarié

Dans un arrêt du 8 juin 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue clarifier la procédure de licenciement pour inaptitude en tranchant une question largement débattue, aux enjeux pratiques très importants.

Licenciement économique sans baisse de chiffre d’affaires

En 2022, la Cour de cassation affine l’interprétation de la Loi Travail du 8 août 2016 qui avait défini à l’article L.1233-3 du Code du travail les difficultés économiques pouvant justifier un licenciement économique, qu’il soit individuel ou collectif. Me Lehmann vous explique le licenciement économique sans « difficultés économiques », les difficultés économiques définies à l’article L.1233-3 du Code du travail, la méthode de comparaison pour établir la baisse de chiffre d’affaires et/ou des commandes.

L’absence d’obligation pour l’employeur d’informer le salarié de sa faculté de demander des précisions sur les motifs du licenciement

Dans un arrêt du 29 juin 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue apporter une réponse à une question qui restait jusqu’alors en suspens : le code du travail prévoyant la possibilité pour le salarié licencié de demander des précisions sur les motifs de son licenciement, l’employeur a-t-il l’obligation de l’informer de cette possibilité ?

Le salarié a droit à obtenir des congés payés après sa réintégration pour licenciement nul

Il est constant que le salarié dont le licenciement est jugé nul peut solliciter sa réintégration et le versement d’une indemnité d’éviction destinée à réparer la totalité du préjudice subi au cours de la période écoulée entre son licenciement et sa réintégration. La question qui était soumise à la Cour dans le cadre de la présente affaire était la suivante : Le salarié a-t-il acquis des congés payés pendant la période où il a été illégalement évincé de l’entreprise ?

L’employeur peut-il demander l’annulation de la rupture conventionnelle si son salarié lui a menti sur ses motivations ?

De façon traditionnelle, lorsque l’on envisage la rupture du contrat de travail, il est invoqué la démission, à l’initiative du salarié, et le licenciement, à l’initiative de l’employeur. Toutefois, depuis la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, le législateur a instauré un mode de rupture amiable reposant sur l’accord du salarié et de l’employeur : la rupture conventionnelle.

La mise à pied conservatoire : les risques d’un report de la procédure disciplinaire

La mise à pied conservatoire est une mesure de précaution autorisée par la loi, à l’article L 1332-3 du Code du Travail. Elle suppose que l’employeur ait eu connaissance de faits qu’il estime fautifs et suffisamment graves pour justifier la mise à l’écart du salarié de l’entreprise, dans l’attente de sa décision sur une sanction.

Prud’hommes : le barème « Macron » est validé par la Cour de cassation

Soc. 11 mai 2022, FP-B+R, n° 21-15.247 et n°21-14.490

C’est la fin d’un feuilleton ! Ils étaient attendus ces arrêts de la Cour de cassation : cela fait un quinquennat que l’on discute de la validité de cette mesure phare de la précédente élection présidentielle qui consistait à encadrer les indemnités allouées en Justice aux salariés licenciés « sans cause réelle et sérieuse ».

Un restant de formalisme dans la rupture conventionnelle homologuée

La rupture conventionnelle homologuée est un mode de rupture du contrat de travail qui a été introduit dans le dispositif légal par une loi du 25 juin 2008.

C’est un mode de rupture très usité, plus de 3 millions depuis la création et sensiblement en hausse, 420 900 en 2017.