6 questions sur les lanceurs d’alerte

Publié le 30 novembre 2022
photo du mot lanceur d'alerte


Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte ?

La loi n° 2022-401 du 22 mars 2022 a modifié la définition du lanceur d’alerte prévue dans la loi « Sapin 2 » du 9 décembre 2016 pour le décrire désormais comme : 

Une personne physique qui signale ou divulgue, sans contrepartie financière directe et de bonne foi, des informations portant sur un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l'intérêt général, une violation ou une tentative de dissimulation d'une violation d'un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d'un acte unilatéral d'une organisation internationale pris sur le fondement d'un tel engagement, du droit de l'Union européenne, de la loi ou du règlement.


Quel peut être l’objet de l’alerte ?

De façon évidente, l’alerte peut porter par exemple sur un détournement d’argent ou un vol commis au sein de la structure.

Toutefois, la loi évoquant des informations portant sur un délit, l’alerte peut également viser des situations de harcèlement, moral et/ou sexuel, ou encore des problématiques de discrimination.

Le champ d’application de l’alerte est donc très large.


Quelles sont les nouvelles obligations issues de la loi visant à améliorer la protection des lanceurs d’alerte ?

La loi prévoit désormais une obligation pour les personnes morales de droit privé ou de droit public employant au moins 50 salariés ou agents, ainsi que pour les administrations de l’Etat, d’établir une procédure interne de recueil et de traitement des signalements, après consultation des instances du dialogue social.

Depuis le 1er septembre 2022, le règlement intérieur doit également rappeler l'existence du dispositif de protection des lanceurs d'alerte, nous vous l’avions expliqué dans notre webinaire que vous pouvez retrouver ici .

A noter que la loi précise que le lanceur d’alerte peut adresser un signalement externe, soit après avoir effectué un signalement interne, soit directement, auprès du Défenseur des droits, de l’autorité judiciaire, à un organisme de l’Union européenne ou à une des autorités compétentes visées dans le décret du 3 octobre 2022 (ex : Agence française anticorruption, Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, Autorité de la concurrence, Autorité des marchés financier...)

 
En quoi consiste la procédure interne de recueil et de traitement des signalements ?

Il s’agit d’instaurer un canal de réception des signalements pour permettre aux salariés/agents d’adresser un signalement par écrit ou par oral.

La loi encadre strictement les délais de réponse à apporter à l’auteur du signalement puisqu’il doit être informé par écrit de la réception de son signalement dans un délai de 7 jours ouvrés.

L’entité doit ensuite communiquer par écrit à l’auteur du signalement, les mesures envisagées ou prises pour évaluer les allégations et le cas échéant y remédier, dans un délai raisonnable n’excédant pas 3 mois à compter de l’accusé de réception du signalement.

Lorsque les allégations apparaissent inexactes ou infondées, ou lorsque le signalement est devenu sans objet, l’entité procède à la clôture du signalement et en informe par écrit l’auteur.


Quelles sont les garanties que doit présenter la procédure de protection des lanceurs d’alerte ?

La loi exige que le canal de réception institué pour assurer le recueil et le traitement des signalements présente des garanties d’indépendance, d’impartialité et de confidentialité.

Compte tenu de la difficulté de répondre à ces garanties dans le cadre d’une procédure interne, l’article 7 du décret du 3 octobre 2022 a prévu la possibilité que le canal de réception puisse être géré en externe par un tiers, dès lors que celui-ci respecte les garanties imposées.

J’ai mieux compris la nécessité de mettre en conformité, mais comment pouvez-vous m’aider ?

Le cabinet ACG Avocat & Associés avec le groupe Interactions ont développé plusieurs offres de « packs » afin de répondre à vos besoins. Ces packs sont adaptés et ont été pensés dans le but de s’adapter aux budgets de toutes les entreprises, avec plusieurs champs d’action différents et un accompagnement personnalisé en fonction de vos besoins. Ci-dessous vous pouvez découvrir nos offres.

lanceur d'alerte

grille tarif


 

Olivier BARNEFF
Avocat associé

Dans la même thématique

Nullité du contrat en l’absence d’informations sur le droit de rétractation

Publié le 22 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels

Le contrat de vente ou de prestations de services conclu dans un lieu qui n'est pas celui où le professionnel exerce habituellement son activité – dit contrat « hors établissement » – , doit comporter certaines informations, parmi lesquelles l’existence d’un droit de rétractation pour le souscripteur au contrat.

L’employeur peut-il demander l’annulation de la rupture conventionnelle si son salarié lui a menti sur ses motivations ?

De façon traditionnelle, lorsque l’on envisage la rupture du contrat de travail, il est invoqué la démission, à l’initiative du salarié, et le licenciement, à l’initiative de l’employeur. Toutefois, depuis la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, le législateur a instauré un mode de rupture amiable reposant sur l’accord du salarié et de l’employeur : la rupture conventionnelle.

Loyers commerciaux et Covid-19 : la Cour de cassation tranche en faveur des bailleurs

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels

Par trois arrêts publiés et deux avis rendus le 30 juin dernier, la troisième chambre de la Cour de cassation statue enfin sur la question de l’exigibilité des loyers dus pendant la période de pandémie (Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-B, n° 21-20.127 (1re espèce) et Avis ; Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-B, n° 21-20.190 et Avis ; Civ. 3e, 30 juin 2022, FS-D, n° 21-19.889 (3e espèce) et Avis).

La mise à pied conservatoire : les risques d’un report de la procédure disciplinaire

La mise à pied conservatoire est une mesure de précaution autorisée par la loi, à l’article L 1332-3 du Code du Travail. Elle suppose que l’employeur ait eu connaissance de faits qu’il estime fautifs et suffisamment graves pour justifier la mise à l’écart du salarié de l’entreprise, dans l’attente de sa décision sur une sanction.

Une avancée majeure dans le droit de la reconnaissance en France des praticiens à diplôme étranger

Publié le 26 avril 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit des professionnels de la santé

Une avancée majeure pour la reconnaissance en France des praticiens de santé à diplôme étranger reconnu dans un autre état membre – confirmation des principes de la jurisprudence Hocsman - L’administration est tenue d’examiner la demande d’autorisation d’exercice de la profession de médecin, de chirurgien-dentiste, de pharmacien ou de sage-femme en France même si le candidat n’a pas obtenu la reconnaissance de sa spécialité et/ou exercé 3 ans dans l’État membre qui a reconnu son titre étranger, s’accordent à juger, la Cour de justice de l’Union européenne et le Conseil d’État.

La Force Majeure à l’épreuve du COVID 19

Publié le 24 mars 2020 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels
Quelles vont être les conséquences du Coronavirus sur les contrats commerciaux ?

Les regroupements doivent cesser, les mariages et les manifestations s’annulent en chaîne…les clients refusent de payer. La force majeure est agitée pour mettre fin à ses obligations contractuelles comme la chloroquine pour résister au virus c’est-à-dire dans la précipitation et sans étude des contrats, des lois en vigueur et des ordonnances à venir prises en vertu de la loi publiée le 24 mars 2020 sur l’état d’urgence sanitaire.