L’application de la législations sur les risques professionnels en cas de changement légal d’employeur

Publié le 08 septembre 2022
avocat changement employeur à reims (51)

L’article L 1224-1 du Code du Travail dispose :

« Lorsque survient une modification dans la situation juridique de l’employeur, notamment par succession, vente, fusion, transformation du fonds, mise en société de l’entreprise, tous les contrats de travail en cours au jour de la modification subsistent entre le nouvel employeur et le Personnel de l’entreprise. » La question qui se pose est celle de l’impact de ce changement légal d’employeur vis-à-vis des droits attachés à la reconnaissance d’un accident du travail, d’une maladie professionnelle ou d’une rechute liée à ces accidents CHEZ LE PREMIER EMPLOYEUR.

L’action en reconnaissance de faute inexcusable du salarié n’est ouverte que contre un accident du travail ou une maladie professionnelle.
Toute action de reconnaissance de faute inexcusable vis-à-vis d’une rechute n’est pas permise par la loi.

Dans l’hypothèse d’un changement légal d’employeur, l’action en reconnaissance de faute inexcusable fait, elle, partie des droits à transférer avec le contrat de travail et quel employeur doit être actionné en ce sens.

La Cour de cassation, aux termes d’un arrêt du 17 septembre 2015, a admis que le nouvel employeur pouvait être attrait devant les juridictions de Sécurité Sociale pour faire reconnaître la faute inexcusable liée à son accident du travail ou sa maladie professionnelle (N°14-24.534).

Il faut néanmoins réserver les cas particuliers, visés à l’article L 1224-2 du même Code du Travail qui prévoit l’absence de transfert des obligations qui incombaient à l’ancien employeur, dans l’hypothèse d’une procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire, ou encore lorsqu’il y a substitution d’employeur, sans qu’il y ait de convention entre ceux-ci.

Dans ce cas de figure, ce sont bien les organes de la procédure collective qu’il faut attraire devant la juridiction de Sécurité Sociale pour faire reconnaître la faute inexcusable.

La Caisse fait alors l‘avance des condamnations à la victime ou ses ayant-droits, charge à cette dernière de faire valoir ses droits dans la procédure collective.

Dans l’hypothèse d’une substitution d’employeur intervenue sans qu’il y ait de convention entre ceux-ci, c’est encore l’employeur initial qui doit être actionné en reconnaissance de faute inexcusable.

Dans tous les autres cas de figure, le nouvel employeur est bien tenu de répondre de toute action en reconnaissance de faute inexcusable.

Le premier employeur reste néanmoins tenu au remboursement des sommes acquittées par le second.

D’un point de vue procédural, cette action en remboursement peut être effectuée dans le cadre de l’instance initiale en reconnaissance de faute inexcusable.

Il s’agit, en effet, d’une demande accessoire à la demande principale.

Le nouvel employeur, de par l’application de l’article L 1224-1 précité, est encore tenu d’appliquer l’ensemble des dispositions protectrices du Code du Travail pour les salariés victimes d’accident du travail ou de maladie professionnelle.

Toutes les dispositions conventionnelles du type garantie de maintien de salaire, ou même garantie de maintien de l’emploi, dans les hypothèses d’accident du travail ou de maladie professionnelle, s’imposent également au nouvel employeur.

L’ensemble de ces principes s’appliquent également dans l’hypothèse d’une application volontaire de l’article L 1224-1 (Cass. Soc. 9 juillet 1992, n°91-40.015).

L’application des dispositions conventionnelles visant à la reprise du Personnel, dans l’hypothèse d’une perte de marché, peut ne correspondre cependant ni à l’application légale ou volontaire de l’article L 1224-1.

Dans ces conditions, l’employeur n’est tenu à aucune obligation (Cass. Ch. Soc. 14 mars 2007, n°05-43.184).

C’est notamment le cas des clauses de reprise de personnel, prévues à la Convention Collective des Entreprises de Propreté figurant dans ce qui est communément appelé « l’annexe 7 ».

Le nouvel employeur, dans l’hypothèse d’un transfert légal, sera également tenu à l’ensemble des obligations liées à la législation sur le risque professionnel et des dispositions protectrices du salarié victime d’un accident du travail, dans l’hypothèse d’une rechute à son service de ce salarié ; et ce, même si l’accident du travail est survenu au service du précédent employeur (Cass. Soc. 1er décembre 1993, n°91-43.478).

Enfin, il convient de rappeler que la protection est admise en cas de rechute au service du second employeur, même lorsque l’article L 1224-1 du Code du Travail ne s’applique pas, dès lors qu’il existe un lien de causalité entre la rechute et les nouvelles conditions de travail (Cass. Soc. 28 mars 2007, n°06-41.375).

Gérald CHALON, avocat à Reims en droit du travail et droit public
Gérald CHALON
Avocat associé

Dans la même thématique

Les conditions de validité des clauses de rémunération variable

Publié le 12 janvier 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs, Thème : Rédaction des contrats de travail et avenants

La libre fixation des salaires implique la liberté de la négociation collective, et également le principe de la liberté contractuelle.

C’est la loi du 11 février 1950 qui a marqué le retour à la libre discussion des salaires, après une période de fixation autoritaire. Les clauses de rémunération variable s’inscrivent dans ce contexte de liberté contractuelle.

Non-concurrence et non-sollicitation : la protection systématique du salarié

Publié le 05 janvier 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs

Ces deux dernières années, la jurisprudence a confirmé la protection des intérêts du salarié dans les contentieux relatifs à l’application des clauses de non concurrence et de non sollicitation, que ce soit des clauses de non sollicitation du personnel ou de clientèle.

L’occasion de faire le point sur ces notions et l’apport de la jurisprudence.

Le strict délai de notification du licenciement disciplinaire

Licenciement pour motif disciplinaire : Employeur, soyez vigilant lorsqu’un report de l’entretien intervient afin de vous assurer du respect des délais de notification du licenciement, ou alors refuser tout report de l’entretien préalable. À lire ici.

Enquêtes internes et preuve du harcèlement

Harcèlement et lanceurs d'alerte : quelles sont les obligations de l'employeur ? À lire ici.

6 questions sur les lanceurs d’alerte

Publié le 30 novembre 2022 - Thème(s) : Thème : Pour les professionnels, Thème : Droit social des employeurs
Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte ? Une personne physique qui signale ou divulgue, sans contrepartie financière directe et de bonne foi, des informations portant sur un crime, un délit, une menace ou un préjudice pour l'intérêt général, une violation ou une tentative de dissimulation d'une violation d'un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d'un acte unilatéral d'une organisation internationale pris sur le fondement d'un tel engagement, du droit de l'Union européenne, de la loi ou du règlement.

L’absence d’obligation de consulter le CSE lorsque le médecin du travail exclut toute possibilité de reclassement du salarié

Dans un arrêt du 8 juin 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue clarifier la procédure de licenciement pour inaptitude en tranchant une question largement débattue, aux enjeux pratiques très importants.

Licenciement économique sans baisse de chiffre d’affaires

En 2022, la Cour de cassation affine l’interprétation de la Loi Travail du 8 août 2016 qui avait défini à l’article L.1233-3 du Code du travail les difficultés économiques pouvant justifier un licenciement économique, qu’il soit individuel ou collectif. Me Lehmann vous explique le licenciement économique sans « difficultés économiques », les difficultés économiques définies à l’article L.1233-3 du Code du travail, la méthode de comparaison pour établir la baisse de chiffre d’affaires et/ou des commandes.

L’absence d’obligation pour l’employeur d’informer le salarié de sa faculté de demander des précisions sur les motifs du licenciement

Dans un arrêt du 29 juin 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue apporter une réponse à une question qui restait jusqu’alors en suspens : le code du travail prévoyant la possibilité pour le salarié licencié de demander des précisions sur les motifs de son licenciement, l’employeur a-t-il l’obligation de l’informer de cette possibilité ?

Le salarié a droit à obtenir des congés payés après sa réintégration pour licenciement nul

Il est constant que le salarié dont le licenciement est jugé nul peut solliciter sa réintégration et le versement d’une indemnité d’éviction destinée à réparer la totalité du préjudice subi au cours de la période écoulée entre son licenciement et sa réintégration. La question qui était soumise à la Cour dans le cadre de la présente affaire était la suivante : Le salarié a-t-il acquis des congés payés pendant la période où il a été illégalement évincé de l’entreprise ?

L’employeur peut-il demander l’annulation de la rupture conventionnelle si son salarié lui a menti sur ses motivations ?

De façon traditionnelle, lorsque l’on envisage la rupture du contrat de travail, il est invoqué la démission, à l’initiative du salarié, et le licenciement, à l’initiative de l’employeur. Toutefois, depuis la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, le législateur a instauré un mode de rupture amiable reposant sur l’accord du salarié et de l’employeur : la rupture conventionnelle.