Les conditions de validité des clauses de rémunération variable

Publié le 12 janvier 2023
Le variable dans le salaire global du salarié

La libre fixation des salaires implique la liberté de la négociation collective, et également le principe de la liberté contractuelle.

C’est la loi du 11 février 1950 qui a marqué le retour à la libre discussion des salaires, après une période de fixation autoritaire. Les clauses de rémunération variable s’inscrivent dans ce contexte de liberté contractuelle.

Deux questions se posent : quelle place peut occuper le variable dans la rémunération globale du salarié et quelles sont les règles de détermination de cette part variable ?

Un salaire uniquement variable est possible

Rien n’interdit, dans le Code du Travail, la mise en place d’une rémunération exclusivement variable. Un tel mécanisme est néanmoins encadré d’une garantie fondamentale au salarié qui est celui de la garantie minimale de rémunération au moins égale au SMIC.

Dans l’hypothèse de grille de salaire conventionnel, le principe de faveur commandera d’appliquer le minimum conventionnel. La mise en place d’une rémunération unique variable est donc possible, dès lors qu’est systématiquement vérifié, à la fin du mois, l’atteinte d’une rémunération égale au minimum légal ou conventionnel.

Les minimas légaux ou conventionnels s’évaluent, en principe, mensuellement. Un employeur ne peut se contenter de vérifier s’ils ont été en moyenne sur l’année. La garantie minimale est récupérable par l’employeur sur les gains ultérieurs. Le contrat de travail doit cependant l’avoir prévu expressément.

Le contrat de travail peut prévoir un salaire composé d’un fixe et d’un variable.

La rédaction des contrats doit alors être ici précautionneuse :

  • le fixe peut être inférieur au minima légal et/ou conventionnel ;
  • l’atteinte de ces minimas serait évaluée chaque mois, en fonction du montant du variable.

Le fixe peut être d’ores et déjà établi en fonction des rémunérations minimales légales et/ou conventionnelles. Ladite rémunération fixe doit être relevée chaque fois que le minimum conventionnel ou légal est également augmenté.

Les règles de détermination de la part variable 

La rémunération variable est également soumise à la liberté contractuelle.

Tout est négociable : le montant de la rémunération et les critères et objectifs à atteindre pour l’obtenir.

La Cour de cassation encadre le pouvoir discrétionnaire de l’employeur dans la définition du variable, par l’application du principe de l’égalité de traitement entre deux ou plusieurs salariés placés dans les mêmes situations.

En d’autres termes, la Cour de cassation a limité le pouvoir discrétionnaire de l’employeur d’une grande partie de sa substance, sans le dire expressément. Elle précise :

« Mais attendu d’abord que la Cour d’appel a retenu à bon droit que le contrat de travail pouvait prévoir, en plus de la rémunération fixe, l’attribution d’une prime laissée à la libre appréciation de l’employeur ; Et attendu qu’ayant rappelé que le caractère discrétionnaire d’une rémunération ne permettait pas à l’employeur de traiter différemment des salariés placés dans une situation comparable, au regard de l’avantage considéré, la Cour d’appel qui a constaté, par une appréciation souveraine des éléments de preuve qui lui étaient soumis, que le salarié n’occupait pas des fonctions de valeur égale à celles occupées par les salariés auxquels il se comparait, a sans encourir aucun des griefs du moyen, légalement justifié sa décision (…) »
(n°11-15.29*6)

Tous les éléments de rémunération pris les uns après les autres, doivent obéir au principe d’égalité de traitement.

Les règles de la rémunération variable doivent donc obéir aux mêmes critères pour des salariés placés dans des situations comparables.

Dans l’hypothèse d’un contentieux, le Juge ne compare pas la rémunération nette des salariés en question, mais élément de rémunération par élément de rémunération.
(Cass. Ch. Soc. 10 avril 2002, n°00-42.935)

Ainsi, s’il existe plusieurs salariés occupant le même poste, l’employeur peut, certes, fixer discrétionnairement un montant, mais celui-ci doit être le même pour tous.

Plus la clause de rémunération variable sera fixée précisément, moins les risques de contentieux existeront. Il est ainsi recommandé de prévoir :

  • les objectifs à atteindre, qui peuvent être quantitatifs, qualitatifs ou mixtes,
  • les moyens de mesure et de pondération éventuels de ces objectifs,
  • le montant de la prime allouée en fonction de l’atteinte ou du dépassement de ces objectifs.

En tout état de cause, doit être précisée l’assiette de calcul de cette prime. Le contrat peut également préciser la durée de la clause. Même dans un contrat à durée indéterminée, rien n’interdit de limiter la durée de la clause de rémunération variable et d’en prévoir la renégociation périodique. Si le contrat de travail prévoit une rémunération variable, renégociable à échéances périodiques, l’employeur ne peut pas utiliser cette clause et l’échéance pour réduire la rémunération variable du salarié à zéro.

La Cour de cassation a précisé : « Mais attendu que le paiement de la partie variable de la rémunération résultait du contrat de travail ; qu’à défaut d’un accord entre l’employeur et le salarié sur le montant de ses rémunérations, il incombait au Juge de déterminer cette rémunération en fonction des critères visés au contrat et des accords conclus les années précédentes (…) ». (Recours n°96-49.108)

Un système de reprise des commissions et de la rémunération variable peut être prévu (impayés, contentieux) ; de telles règles dites « des débits » doivent être portées à la connaissance du salarié et acceptées par ce dernier.
(Cass. Soc. 6 mars 2019, n°17-21.727)

La Cour de cassation rappelle également l’interdiction des conditions potestatives, c’est-à-dire des objectifs fixés par l’employeur et dépendant de sa seule volonté. La rémunération variable et ses critères doivent reposer sur des éléments objectifs, indépendants de la volonté de l’employeur.
(Cass. Soc. 6 février 2019, n°17-26.562)

Si l’employeur ne définit pas les objectifs à atteindre, cette pratique ne peut priver le salarié de sa rémunération variable. A défaut d’accord, c’est le Juge qui fixera alors la rémunération variable, en fonction des prévisions contractuelles et des éléments de la cause selon la formule habituelle. Dans l’hypothèse d’un contentieux, le salarié bénéficie d’un régime de preuve favorable.

En effet, il appartient à l’employeur de prouver que le salarié n’a pas atteint ses objectifs et il est tenu de produire, à cette fin, l’ensemble des éléments qu’il détient en vue d’une situation contradictoire dans le débat judiciaire.
(Cass. Soc. 13 février 2019, n°17-21.514)

Gérald CHALON, avocat à Reims en droit du travail et droit public
Gérald CHALON
Avocat associé

Dans la même thématique

Non-concurrence et non-sollicitation : la protection systématique du salarié

Publié le 05 janvier 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs

Ces deux dernières années, la jurisprudence a confirmé la protection des intérêts du salarié dans les contentieux relatifs à l’application des clauses de non concurrence et de non sollicitation, que ce soit des clauses de non sollicitation du personnel ou de clientèle.

L’occasion de faire le point sur ces notions et l’apport de la jurisprudence.

Le strict délai de notification du licenciement disciplinaire

Licenciement pour motif disciplinaire : Employeur, soyez vigilant lorsqu’un report de l’entretien intervient afin de vous assurer du respect des délais de notification du licenciement, ou alors refuser tout report de l’entretien préalable. À lire ici.

Enquêtes internes et preuve du harcèlement

Harcèlement et lanceurs d'alerte : quelles sont les obligations de l'employeur ? À lire ici.

L’absence d’obligation de consulter le CSE lorsque le médecin du travail exclut toute possibilité de reclassement du salarié

Dans un arrêt du 8 juin 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue clarifier la procédure de licenciement pour inaptitude en tranchant une question largement débattue, aux enjeux pratiques très importants.

Licenciement économique sans baisse de chiffre d’affaires

En 2022, la Cour de cassation affine l’interprétation de la Loi Travail du 8 août 2016 qui avait défini à l’article L.1233-3 du Code du travail les difficultés économiques pouvant justifier un licenciement économique, qu’il soit individuel ou collectif. Me Lehmann vous explique le licenciement économique sans « difficultés économiques », les difficultés économiques définies à l’article L.1233-3 du Code du travail, la méthode de comparaison pour établir la baisse de chiffre d’affaires et/ou des commandes.

L’absence d’obligation pour l’employeur d’informer le salarié de sa faculté de demander des précisions sur les motifs du licenciement

Dans un arrêt du 29 juin 2022, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue apporter une réponse à une question qui restait jusqu’alors en suspens : le code du travail prévoyant la possibilité pour le salarié licencié de demander des précisions sur les motifs de son licenciement, l’employeur a-t-il l’obligation de l’informer de cette possibilité ?

Le salarié a droit à obtenir des congés payés après sa réintégration pour licenciement nul

Il est constant que le salarié dont le licenciement est jugé nul peut solliciter sa réintégration et le versement d’une indemnité d’éviction destinée à réparer la totalité du préjudice subi au cours de la période écoulée entre son licenciement et sa réintégration. La question qui était soumise à la Cour dans le cadre de la présente affaire était la suivante : Le salarié a-t-il acquis des congés payés pendant la période où il a été illégalement évincé de l’entreprise ?

ACCIDENT DU TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLE : le cas particulier de la rechute chez un nouvel employeur

Publié le 26 avril 2022 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié

Suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, la reprise du travail se fait par la délivrance d’un certificat médical final de guérison ou de consolidation par le médecin. Ce certificat indique que les lésions et séquelles dues à l’accident du travail ou la maladie professionnelle sont guéries ou fixées. Il arrive cependant, qu’après guérison ou consolidation, l’état de santé du salarié s’aggrave : on parte de rechute de l’accident du travail ou de la maladie professionnelle initiale.

La mise à pied disciplinaire : une sanction encadrée

Publié le 26 avril 2022 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié

Le droit disciplinaire ne connaît pas que le licenciement. L’employeur peut recourir à toute une série d’autres sanctions :
• blâme,
• avertissement,
• rétrogradation,
• mobilité,
• ou encore mise à pied disciplinaire.

Salariés, dernier délai au 31 décembre 2020 pour transférer vos heures DIF sur votre CPF !

Publié le 28 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
C’est quoi le CPF ?

Le compte personnel de formation (CPF) a été mis en place le 1er janvier 2015 pour remplacer le droit individuel à la formation (DIF).  Chaque salarié doit créer son compte personnel de formation sur moncompteformation.gouv.fr .

Contrairement au DIF, le CPF est rattaché à la personne et le suit donc tout au long de sa vie professionnelle, même en cas de changement d’entreprise ou de période de chômage