ACCIDENT DU TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLE : le cas particulier de la rechute chez un nouvel employeur

Publié le 26 avril 2022
Thème(s) : Droit du salarié

Suite à un accident du travail ou une maladie professionnelle, la reprise du travail se fait par la délivrance d’un certificat médical final de guérison ou de consolidation par le médecin. Ce certificat indique que les lésions et séquelles dues à l’accident du travail ou la maladie professionnelle sont guéries ou fixées. Il arrive cependant, qu’après guérison ou consolidation, l’état de santé du salarié s’aggrave : on parte de rechute de l’accident du travail ou de la maladie professionnelle initiale.

Cette rechute peut se produire chez un nouvel employeur, bien distinct de celui chez lequel le bénéfice de la législation pour risques professionnels a été reconnu au salarié pour l’accident ou la maladie professionnelle initiale. En principe, cette rechute doit être considérée par le nouvel employeur comme un arrêt-maladie ordinaire, elle ne lui est pas opposable.

La procédure de reconnaissance de la rechute est mise en œuvre à l’encontre de l’employeur initial, chez lequel s’est produit l’évènement traumatique. Le nouvel employeur est néanmoins lié par certaines obligations. Il est donc tenu à la garantie de maintien de salaire à hauteur de 90 % du salaire brut pendant le premier mois d’arrêt. Il doit assurer la rédaction de l’attestation de salaire et la transmettre au salarié et à la Caisse.

Le salarié perçoit de la Caisse des indemnités journalières de Sécurité Sociale, calculées sur la base du salaire mensuel précédant la rechute.

Il convient donc bien de prendre en compte ici le salaire mensuel chez le nouvel employeur, pour la rédaction de l’attestation de salaire.

En tout état de cause, le montant de cette indemnité journalière ne peut être inférieure au montant de l’indemnité journalière que le salarié percevait dans le cadre de son accident ou maladie professionnelle initiale.

Il convient de déduire ici, le cas échéant, les éléments de la rente que perçoit le salarié dans l’hypothèse d’une consolidation avec séquelles indemnisables.

La rechute peut devenir un élément déterminant en ce qui concerne les droits du salarié. La rechute d’un accident subi antérieurement est en effet, en principe, traité comme une affection non professionnelle par le nouvel employeur. Le Code du Travail organise ainsi un régime différent de licenciement dans le cadre d’une inaptitude d’origine professionnelle ou non professionnelle.

Cependant, la Cour de cassation a nuancé le principe.

Comme pour les accidents du travail ou les maladies professionnelles initiales, il suffit qu’un évènement lié au nouvel emploi ait pu contribuer partiellement à la rechute pour que le salarié puisse bénéficier, chez son nouvel employeur, des dispositions spécifiques du Code du Travail relative à l’inaptitude professionnelle.

Ainsi, si le salarié établit un lien de causalité, même partiel, entre la rechute et son travail chez le nouvel employeur, celui-ci bénéficie de l’ensemble des dispositions protectrices du Code du Travail, liés aux risques professionnels.

Un tel salarié ne peut donc être licencié que pour faute grave ou doit encore bénéficier des garanties de procédure et d’indemnisation propres à un licenciement pour inaptitude d’origine professionnelle.

Il doit également bénéficier de l’ensemble des dispositions spécifiques des Conventions Collectives qui organisent, pour certaines, des garanties de maintien dans l’emploi dans l’hypothèse d’un arrêt de travail lié à une pathologie d’origine professionnelle

La responsabilité du nouvel employeur pourra être recherchée, au titre du manquement à l’obligation de prévention des risques professionnels et l’obligation de sécurité de résultat, si les nouvelles conditions de travail ont contribué à la rechute.

En effet, si l’action en reconnaissance de faute inexcusable n’est pas ouverte contre le nouvel employeur dans l’hypothèse d’une rechute, sa responsabilité sur le terrain de l’obligation de sécurité de résultat peut être recherchée devant le Conseil de Prud’hommes.

Pour tous ces droits et démarches, l’assistance d’un Avocat est vivement conseillé.

Gérald CHALON, avocat à Reims en droit du travail et droit public
Gérald CHALON
Avocat associé

Dans la même thématique

Salarié et infraction au code de la route : qui est responsable ?

Publié le 30 janvier 2024 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Salarié et infractions au Code de la route : qui est responsable ?

Action de requalification des CDD en CDI : les précisions de la Cour de cassation en 2023

Publié le 05 janvier 2024 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs, Thème : Rédaction des contrats de travail et avenants
En 2023, la Chambre sociale de la Cour de cassation a eu l’occasion de préciser les règles de droit applicables aux contrats à durée déterminée. A défaut, de respect de ces conditions de fond et de forme, la juridiction prud’homale sera habilitée à prononcer la requalification du contrat à durée déterminée en contrat à durée indéterminée. 

La dispense de reclassement du salarié inapte strictement encadrée par la loi.

Dans un arrêt rendu le 13 septembre 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a eu à se prononcer sur la régularité d’un licenciement pour inaptitude sans recherche de reclassement et a réaffirmé avec force les conditions strictes auxquelles devait répondre cette procédure.

Preuve de la faute du salarié : le retour du "client mystère" (Cass.soc. 6 septembre 2023)

Publié le 22 novembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Droit social des employeurs
Dans un arrêt du 6 septembre 2023, la chambre sociale de la Cour de Cassation a jugé que la pratique du "client mystère" pour établir d'éventuelles fautes du salarié est licite mais sous certaines conditions.

Congés payés : à vos compteurs ! Le salarié malade continue d'acquérir des congés payés

Publié le 08 novembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Ce n’est pas un revirement, c’est une révolution ! Par une série de 7 arrêts (Cass.soc. 13 septembre 2023 22-17.340 à 22-17.342 ; 22-17.638 ; 22-10.529, 22-11.106 et n°22-10.529), la Cour de cassation vient d’apporter un changement drastique dans l’état de notre droit national en matière de congés payés du salarié.

Antidater la rupture conventionnelle, une fausse bonne idée

Pour accélérer la procédure de rupture conventionnelle du contrat de travail, l’employeur et le salarié peuvent parfois s’entendre pour antidater la signature de la convention. Cette pratique s’avère cependant risquée.

Un salarié déclaré inapte en cours de procédure ne peut être licencié pour un autre motif

Dans un arrêt rendu le 8 février 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a eu à statuer sur la possibilité de prononcer un licenciement pour faute, ici lourde, à l’encontre d’un salarié déclaré inapte avant son licenciement.

Le seul dépassement de la durée maximale quotidienne de travail cause un préjudice au salarié ouvrant droit à réparation

Publié le 20 septembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié, Thème : Heures supplémentaires, dépassements des durées légales maximales
Dans un arrêt rendu le 11 mai 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation a assoupli sa jurisprudence dans l’intérêt du salarié victime d’un non-respect de la réglementation sur la durée maximale quotidienne de travail.

L’inaptitude du salarié : la recherche de reclassement peut passer par l’aménagement du poste en télétravail

Publié le 07 septembre 2023 - Thème(s) : Thème : Droit du salarié
Dans un arrêt rendu le 29 mars 2023, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser l’étendue de l’obligation de reclassement pesant sur l’employeur en cas d’inaptitude du salarié.

Les indemnités de rupture conventionnelle plus taxées à compter du 1er septembre 2023 (Art.4 Loi 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale)

Les indemnités de rupture conventionnelle plus taxées à compter du 1er septembre 2023 (Art.4 Loi 2023-270 du 14 avril 2023 de financement rectificative de la sécurité sociale) Qui n’a pas entendu parler de cette réforme des retraites ? L’âge légal, la durée de cotisation, le montant de la pension … et son article 4, celui qui va augmenter le coût pour les employeurs des ruptures conventionnelles.