Attentats de Paris : les conséquences de l'arrestation d'Abrini

Publié le 11 avril 2016

Une partie des auteurs survivants des attentats de Bruxelles a été arrêtée en quelques jours.

Une partie seulement, hélas.

Nous sommes désormais conscients d’être confrontées à une hydre dont les têtes repoussent à chaque fois qu’on les coupe.
Hercule en était venu à bout.

Nous y parviendrons, mais pas sans dommages et à condition d’être résolus organisés et lucides.

1/ les personnes arrêtées

Nous ne disposons pas d’autres informations que celles fournies par la presse. Cependant, on sait qu’ont été interpellés notamment :
- Mohamed ABRINI complice évident de SALAH Abdeslam dans les attentats de Paris (il avait été vu dans sa voiture lors de nombreux allers-retours entre Paris et Bruxelles du 10 au 13 Novembre.
Belgo-Marocain, né en 84.
Il est connu pour ses contacts dans les cercles islamistes radicaux et jihadistes à MOLENBEEK.
Il serait parti en Syrie en juin 2015 mais n’a probablement pas passé beaucoup de temps sur place.
Son frère Soulaimane ABRINI est décédé en Syrie en 2014. Il faisait partie du groupe BATIBAT EL BATAR en lien avec l’Etat islamique.
ABAAOUD était également un membre de ce groupe.
Lors des attentats on a entendu des terroristes mentionner le nom de ABOU SOULEYMANE. Tout laisse à penser qu'il s'agit de ce personnage.

- Un des autres interpellés ferait partie du groupe qui est entré en Europe par l’ile de LEROS avec de faux passeports volés par l’Etat Islamique avec deux terroristes morts lors des attentats de Novembre

L’un d’entre eux pourrait être en rapport direct avec le terroriste du Thalys.

 

2/ Ce qu’on peut déduire de ces arrestations

Si l’étau se resserre, le travail est loin d’être terminé.
A l’évidence, les attentats imposent une logistique particulièrement fine. Les terroristes sont pendant les attaques coachés à distance par des personnes joignables au téléphone restées sur des bases arrières.
Ils bénéficient d’un soutien efficace. En perdition, ils appellent et reçoivent de l’argent, des renseignements, des planques…

Il reste des arsenaux, des artificiers, des généraux et des soldats.

 

3/ Le rôle de la justice

L’idée selon laquelle les procès ne serviraient à rien est fausse.

L’enquête est efficace et permet des arrestations qui vont elles-mêmes permettre d’aller beaucoup plus loin.

La complexité va être désormais de savoir qui de la France ou la Belgique gère la suite.

Une partie des terroristes est détenue en Belgique et maintenant directement accusée de crimes commis sur le territoire Belge.

L’autre est en France.

Il s’agit pourtant des mêmes groupes et une direction d’enquête unique est nécessaire.

Des réponses vont devoir nous être données sur ce point par les autorités judiciaires et politiques des deux Etats.

 

4/ La gestion des emprisonnements

On a vu dans les notes retrouvées dans les affaires de Sid Ahmed GLHAM, le très maladroit terroriste de Villejuif (qui après avoir exécuté Aurélie Châtelain s’est blessé à la cuisse et a appelé les secours) que l’emprisonnement constitue une phase prévue dans les plans des hommes de Daesch.

Ils sont censés profiter de leur emprisonnement pour recruter de nouveaux combattants.

Il faut par ailleurs éviter qu’ils se concertent et puissent communiquer avec l’extérieur (ce qui est très facile dans nos prisons).

Comment va-t-on l’éviter sans créer un Guantanamo français ?

 

5/ L’Hydre

On constate à chaque arrestation qu’il reste encore des terroristes, des armes, des explosifs dans la nature. Les groupes sont beaucoup plus importants et organisés qu’on ne l’imaginait.
Les attentats de Bruxelles auraient dû être réalisés à Paris.

Rien n’est fini.

Notre méfiance doit être totale.

Gérard Chemla

Gérard CHEMLA, avocat rémois réputé en matière pénale des victimes
Gérard CHEMLA
Avocat associé

Dans la même thématique

L’arrêt V13 (attentats du 13 novembre 2015)

Publié le 25 octobre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat
L’arrêt V13 (attentats du 13 novembre 2015) sur intérêts civils a été rendu ce matin par la Cour d’assises spécialement composée. Il s’agit de la partie d’un arrêt qui décide qui peut être considéré comme partie civile, c'est-à-dire comme victime au sens du droit pénal à la suite des condamnations pour tentative d’assassinat terroriste, complicité, association de malfaiteurs, terroriste ou non. Cette décision est importante en ce qu’elle tranche des questions qui étaient toujours pendantes près de 8 années après les faits et surtout parce qu’elle pose un cadre qui, au-delà des seuls attentats du 13 novembre, permettra de résoudre des questions consécutives à d’autres attentats.

Les frères CLAIN : mort non officielle et condamnation exemplaire

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

A la fin du mois de février 2019, les médias ont annoncé la mort des frères Fabien et Jean-Michel CLAIN, jihadistes français, acteurs majeurs de la propagande francophone de l’État islamique, dans des frappes de la coalition internationale.

La Taqqiya ou l’art de la dissimulation dans le jihadisme

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

La Cour d’assises antiterroriste spécialement composée de magistrats professionnels juge en ce moment-même vingt individus accusés d’avoir participé aux attentats du 13 novembre : coordinateurs, membres de commandos, logisticiens…

Les débats qui ont lieu sur l’île de la cité, au sein du Palais de justice historique, dans une salle d’audience spécialement construite et aménagée en vue de ce procès, ont à plusieurs reprises fait référence à la Taqqiya.

Procès de l’attentat de Villejuif : Plaidoirie de Gérard CHEMLA

Publié le 16 novembre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

‘Juger c’est comprendre et je ne vous comprends pas Monsieur GHLAM’

Quelques rappels

Le dimanche 19 Avril 2015 au petit matin, Sid Ahmed GHLAM, jeune étudiant parisien dont la famille est installée à St Dizier (52), avait comme projet de s’attaquer aux fidèles de l’église Ste Thérèse de Villejuif.

Les réquisitions dans le procès du projet d’attentat de Villejuif

Publié le 04 novembre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

"On a toujours parlé à tort de l'attentat manqué de Villejuif. C'est oublier qu'Aurélie Châtelain a été assassinée ce dimanche 19 avril sur un parking de Villejuif (…) Elle a été la première et heureusement la seule victime de l'attentat de Villejuif. (...) Elle avait 32 ans et toute la vie devant elle".

Ce sont les premiers mots des avocates générales ce lundi 2 novembre, qui aux termes d’un réquisitoire de six heures, ont requis la condamnation de l’ensemble des accusés.

Sonia MEJRI, l’épouse d’un dirigeant de l’armée secrète de l’Etat Islamique

Publié le 29 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

La Cour d’Assises Spéciale chargée de juger Sid-Ahmed Ghlam et ses coaccusés a entendu comme témoin Sonia Mejri, l’épouse sur zone d’Abdelnasser Benyoucef, cadre de l’état Islamique et principal commanditaire de l’attentat.

C’est l’un des moments forts de ce procès.

Le rôle des femmes au sein de l’Etat islamique

Le rôle des femmes au sein de l’EI est relativement limité ; à la connaissance des services spécialisés, aucune femme n’a eu un pouvoir décisionnaire au sein de l’EI.

Sid-Ahmed GHLAM et le manuel du “parfait petit terroriste”

Publié le 28 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

Les enquêteurs ont découvert à l’intérieur du véhicule de Sid-Ahmed Ghlam un classeur de vingt-sept feuilles volantes supportant des annotations manuscrites en langues française et arabe, précisant l’organisation d’un attentat, sorte de manuel pour futur terroriste.

Ce manuel du terroriste, dont Sid-Ahmed Ghlam précisera à l’audience qu’il était en permanence dans son sac à dos, permet de reconstituer ses projets et d’expliquer au moins en partie le déroulement des faits.

Le projet d’attentat de Sid-Ahmed GHLAM et l’analyse de la stratégie attentats de l’Etat Islamique

Publié le 28 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat
La typologie des attentats de l’Etat Islamique

Schématiquement, il est possible de distinguer deux catégories parmi les attentats dont l’Etat Islamique est responsable :

• Les attentats « inspiré »s, qui sont revendiqués par l’EI, et commis par des sympathisants ayant répondu aux appels du Califat à commettre des attentats, sans être dirigés par les structures de l’EI (attentat de Nice par exemple);

Les commanditaires de Sid-Ahmed Ghlam : des vétérans du jihad

Publié le 15 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

Le projet d’attentat de Sid-Ahmed Ghlam s’inscrit dans le contexte très global du terrorisme. Il a été fomenté par l’Etat Islamique, mais fait intervenir des vétérans du jihad armé algérien, tchétchène et afghan des années 90 et 2000.

Accident de passage à niveau : encore un… Avenay-Val-d’Or le 15 juillet 2019

Publié le 17 juillet 2019 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime des accidents de la route / circulation

L’actualité est une nouvelle fois marquée par un dramatique accident à un passage à niveau.