Attentats du 13 novembre : la Belgique garde ses secrets

Publié le 09 octobre 2018

A la suite des attentats de Paris et à la demande explicite de la commission d’accompagnement parlementaire belge, le Comité permanent P., qui correspond à la police des polices belge, l’équivalent de l’IGPN français (Inspection Générale de la Police Nationale), a décidé, le 26 novembre 2015, de mener une enquête de contrôle relative à « la position d’information des services de police belges concernant les attentats terroristes survenus à Paris, le 13 novembre 2015 ».

La mission reçue de la commission d’accompagnement parlementaire a été concrétisée par le Comité P. dans les questions suivantes :
- Les services de police belges disposaient-ils, préalablement aux attentats de Paris d’informations concernant les personnes impliquées et, dans l’affirmative, ces informations ont-elles été traitées de manière correcte ?
- D’où provenaient ces informations et depuis quand en disposait-on ?
- De quelle manière ces informations ont-elles été traitées et évaluées par la suite ?

Le Comité permanent P. s’est concentré sur la période de 18 mois précédent les attentats du 13 novembre 2015.

D’après le rapport annuel d’activité du Comité P. de 2016, plusieurs rapports ont été rendus sur le sujet entre février 2016 et janvier 2017.

Des bribes de ces rapports sont parues dans la presse, mais ils n’ont pas été rendus accessibles au public.

Les extraits parus dans la presse montrent que les rapports du Comité P. contiennent des informations essentielles quant aux carences et dysfonctionnements des services de police belges qui ont pu conduire aux attentats, et plus largement, quant aux individus impliqués dans la préparation et/ou la commission des attentats du 13 novembre.

Dès le mois d’octobre 2016, Me Gérard CHEMLA, avocats de nombreuses parties civiles, a demandé la jonction des rapports du Comité P. s’intéressant aux attentats du 13 novembre 2015 à la procédure d’instruction française.
Il ne devait s’agir que d’une formalité, le magistrat instructeur ayant auparavant joint au dossier le pendant français, à savoir le rapport de la commission d’enquête parlementaire relatif aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015, qui avait été rendu public au cours de l’été 2016.

Cependant, les autorités belges se sont opposées à la communication des rapports du Comité P., arguant de ce qu’ils étaient classifiés.

Ils ont pourtant largement fuité dans la presse…

La commission parlementaire « chargée d’examiner les circonstances qui ont conduit aux attentats terroristes du 22 mars 2016 dans l’aéroport de Bruxelles-National et dans la station de métro Maelbeek à Bruxelles, y compris l’évolution et la gestion de la lutte contre le radicalisme et la menace terroriste », a rédigé un rapport en se basant sur les rapports du comité P..

Ce rapport parlementaire est lui accessible sur Internet.

Ainsi, le troisième rapport intermédiaire sur le volet « Architecture de la sécurité » déposé le 15 juin 2017 indique que la commission parlementaire a procédé à de nombreuses auditions en lien avec le classement sans suite des procédures ouvertes à la suite des départs en Syrie des frères ABDESLAM, l’absence de suivi des frères EL BAKRAOUI alors même qu’Ibrahim EL BAKRAOUI avait été interpellé à deux reprises au cours de l’été 2015 en Turquie parce qu’il projetait de se rendre en Syrie et qu’il avait de ce fait été renvoyé à deux reprises aux Pays-Bas, la situation de Mohamed ABRINI, la cavale de Salah ABDESLAM…

Le rapport ne reprend pas les défaillances qui semblent être pointées du doigt dans les rapports du Comité P., et les auditions réalisées ont pour l’essentiel eu lieu à huis clos.

Nous n’y avons dès lors pas accès…

Nous ne pouvons que regretter cette rétention d’informations par les autorités belges et espérer que les rapports du Comité P. et les auditions de la commission parlementaire en lien direct avec les attentats du 13 novembre 2015 et du 22 mars 2016 soient prochainement versés à l’instruction française.

Alicia RENARD
Juriste Cabinet ACG
Equipe « 13/11/15 »

Dans la même thématique

L’arrêt V13 (attentats du 13 novembre 2015)

Publié le 25 octobre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat
L’arrêt V13 (attentats du 13 novembre 2015) sur intérêts civils a été rendu ce matin par la Cour d’assises spécialement composée. Il s’agit de la partie d’un arrêt qui décide qui peut être considéré comme partie civile, c'est-à-dire comme victime au sens du droit pénal à la suite des condamnations pour tentative d’assassinat terroriste, complicité, association de malfaiteurs, terroriste ou non. Cette décision est importante en ce qu’elle tranche des questions qui étaient toujours pendantes près de 8 années après les faits et surtout parce qu’elle pose un cadre qui, au-delà des seuls attentats du 13 novembre, permettra de résoudre des questions consécutives à d’autres attentats.

Les frères CLAIN : mort non officielle et condamnation exemplaire

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

A la fin du mois de février 2019, les médias ont annoncé la mort des frères Fabien et Jean-Michel CLAIN, jihadistes français, acteurs majeurs de la propagande francophone de l’État islamique, dans des frappes de la coalition internationale.

La Taqqiya ou l’art de la dissimulation dans le jihadisme

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

La Cour d’assises antiterroriste spécialement composée de magistrats professionnels juge en ce moment-même vingt individus accusés d’avoir participé aux attentats du 13 novembre : coordinateurs, membres de commandos, logisticiens…

Les débats qui ont lieu sur l’île de la cité, au sein du Palais de justice historique, dans une salle d’audience spécialement construite et aménagée en vue de ce procès, ont à plusieurs reprises fait référence à la Taqqiya.

Procès de l’attentat de Villejuif : Plaidoirie de Gérard CHEMLA

Publié le 16 novembre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

‘Juger c’est comprendre et je ne vous comprends pas Monsieur GHLAM’

Quelques rappels

Le dimanche 19 Avril 2015 au petit matin, Sid Ahmed GHLAM, jeune étudiant parisien dont la famille est installée à St Dizier (52), avait comme projet de s’attaquer aux fidèles de l’église Ste Thérèse de Villejuif.

Les réquisitions dans le procès du projet d’attentat de Villejuif

Publié le 04 novembre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

"On a toujours parlé à tort de l'attentat manqué de Villejuif. C'est oublier qu'Aurélie Châtelain a été assassinée ce dimanche 19 avril sur un parking de Villejuif (…) Elle a été la première et heureusement la seule victime de l'attentat de Villejuif. (...) Elle avait 32 ans et toute la vie devant elle".

Ce sont les premiers mots des avocates générales ce lundi 2 novembre, qui aux termes d’un réquisitoire de six heures, ont requis la condamnation de l’ensemble des accusés.

Sonia MEJRI, l’épouse d’un dirigeant de l’armée secrète de l’Etat Islamique

Publié le 29 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

La Cour d’Assises Spéciale chargée de juger Sid-Ahmed Ghlam et ses coaccusés a entendu comme témoin Sonia Mejri, l’épouse sur zone d’Abdelnasser Benyoucef, cadre de l’état Islamique et principal commanditaire de l’attentat.

C’est l’un des moments forts de ce procès.

Le rôle des femmes au sein de l’Etat islamique

Le rôle des femmes au sein de l’EI est relativement limité ; à la connaissance des services spécialisés, aucune femme n’a eu un pouvoir décisionnaire au sein de l’EI.

Sid-Ahmed GHLAM et le manuel du “parfait petit terroriste”

Publié le 28 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

Les enquêteurs ont découvert à l’intérieur du véhicule de Sid-Ahmed Ghlam un classeur de vingt-sept feuilles volantes supportant des annotations manuscrites en langues française et arabe, précisant l’organisation d’un attentat, sorte de manuel pour futur terroriste.

Ce manuel du terroriste, dont Sid-Ahmed Ghlam précisera à l’audience qu’il était en permanence dans son sac à dos, permet de reconstituer ses projets et d’expliquer au moins en partie le déroulement des faits.

Le projet d’attentat de Sid-Ahmed GHLAM et l’analyse de la stratégie attentats de l’Etat Islamique

Publié le 28 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat
La typologie des attentats de l’Etat Islamique

Schématiquement, il est possible de distinguer deux catégories parmi les attentats dont l’Etat Islamique est responsable :

• Les attentats « inspiré »s, qui sont revendiqués par l’EI, et commis par des sympathisants ayant répondu aux appels du Califat à commettre des attentats, sans être dirigés par les structures de l’EI (attentat de Nice par exemple);

Les commanditaires de Sid-Ahmed Ghlam : des vétérans du jihad

Publié le 15 octobre 2020 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

Le projet d’attentat de Sid-Ahmed Ghlam s’inscrit dans le contexte très global du terrorisme. Il a été fomenté par l’Etat Islamique, mais fait intervenir des vétérans du jihad armé algérien, tchétchène et afghan des années 90 et 2000.

Accident de passage à niveau : encore un… Avenay-Val-d’Or le 15 juillet 2019

Publié le 17 juillet 2019 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime des accidents de la route / circulation

L’actualité est une nouvelle fois marquée par un dramatique accident à un passage à niveau.