Me Manesse et Me Chemla défendent des victimes de l'attentat du Bardo

Publié le 14 octobre 2015

Tunis, le 18 mars 2015. Deux terroristes avaient semé la terreur dans le musée du Bardo et tué 22 personnes dont 4 Français.

"Paris (Ier), le 12 octobre 2015, le juge d’instruction anti terroriste a reçu les victimes parties civiles pour faire le point sur l’avancée de l’enquête sur l’attentat survenu au Musée du BARDO, en Tunisie le 18 mars 2015. Le juge français rassure les victimes sur le sérieux et la détermination de la Tunisie à retrouver les complices de cet attentat, commis par deux jeunes tireurs entraînés en Lybie. La France, la Tunisie et l’ensemble des Nations endeuillées par ce drame international sont déterminées à poursuivre tous ceux qui ont participé à l’organisation de l’attentat, en quelqu’endroit qu’ils se trouvent.", explique Me Manesse, avocat de parties civiles.

Emilie (à gauche), fille d’une victime, et David, qui a vécu l’attentat (à droite), entourent leur avocate, Me Pauline Manesse du Cabinet ACG. (crédits : LP/Olivier Lejeune.) :

Le 13 octobre 2015, les témoignages poignants des victimes étaient publiés dans Le Parisien :

TERRORISME. La femme de David a été grièvement blessée dans l’attentat du Bardo. Emilie, elle, a perdu son père. Ils étaient reçus hier, avec les autres victimes françaises, par la juge d’instruction parisienne chargée de l’enquête.

L’UN A VÉCU LA TERREUR de l’intérieur, l’autre en subit les irrémédiables conséquences.
Le 18 mars dernier, en fin de matinée, David Arjona visitait le musée du Bardo à Tunis (Tunisie) avec sa compagne Laurence et leur fils de 7 ans lorsque deux terroristes ont semé la mort, blessant très grièvement sa femme, et tuant au total 22 personnes dont 4 Français, avant d’être abattus.

Emilie Tinois, elle, a perdu son père, Christophe, dans la tuerie et, sept mois plus tard, elle peine à surmonter l’absence d’un être si cher. Il était âgé de 59 ans. Accompagnés par la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac), ils se sont tous les deux rendus hier à la réunion des parties civiles organisée par la juge d’instruction parisienne qui suit le dossier. « J’ai besoin de retracer la dernière heure terrifiante de mon père, comme si j’avais été auprès de lui et que je lui tenais la main », souffle Emilie, 34 ans.De son côté, David veut « être certain que les complices seront poursuivis et que cela ne se reproduise plus ».
Pour tous ceux qui, comme cet employé d’ERDF de 35 ans, se trouvaient dans le musée au moment de l’assaut, ces longues minutes d’effroi sont impossibles à oublier. « Ça tirait dans tous les sens, les gens tombaient. J’ai attrapé mon fils et je me suis réfugié dans une pièce derrière une porte battante, se remémore David qui avait économisé un an pour partir en croisière et offrir à sa famille leur premier séjour à l’étranger. Puis il y a eu une période de calme, on voyait les chaussures d’un des terroristes derrière la porte. Il cherchait des survivants à abattre. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que ma femme n’était pas avec nous. J’ai senti que mon fils allait se mettre à pleurer. Je me suis couché sur lui, lui conseillant de faire le mort. Je lui ai dit : N’oublie pas que j’ai été fier d’être ton père. »

Le tireur fait finalement demi-tour, laissant David et son fils pétrifiés avant que les militaires tunisiens ne
les libèrent. « En sortant, il y avait des corps et du sang partout, poursuit le père de famille. Puis j’ai aperçu ma femme sur les escaliers, elle était consciente. J’ai arraché mon pull pour lui bander la jambe. J’ai essayé de la porter mais j’ai aperçu qu’elle était grièvement blessée au ventre. C’était terrible, mais j’ai été obligé de la laisser. » Ce n’est que le soir venu que cet habitant des Pyrénées-Orientales aura des nouvelles de sa compagne qui passera deux mois en soins intensifs et conserve encore aujourd’hui de lourdes séquelles de ses blessures.

Le père d’Emilie n’a, lui, pas survécu aux tirs des deux assaillants. Les premiers éléments de l’enquête indiquent qu’ils se sont cachés dans le sillage des bus des visiteurs pour pénétrer dans l’enceinte du musée, à l’abri des gardes. Un décès tragique qui a laissé un vide béant. « On était une famille très unie, on se voyait très souvent pour fêter les événements de la vie. Mais ces moments-là n’existeront plus, sanglote Emilie qui avait déjà perdu sa mère il y a deux ans. Je n’arrive pas à l’accepter.
Les seuls moments où je parviens à surmonter la douleur, c’est quand je suis au travail. »

Pour toutes les victimes de cet attentat et leurs proches, il a fallu se reconstruire, chacun avec ses blessures, ses angoisses et ses questions sur le sens de ce geste absurde.

« On avait des projets, notamment de faire construire une maison, mais désormais tout tourne autour de la guérison de ma femme, développe David. Je suis très fier d’elle, car on craignait qu’elle ne survive pas. Aujourd’hui, elle parvient à se déplacer avec une canne. » Il n’empêche, l’apprentissage de cette « nouvelle existence » n’est pas aisé. « Au départ, on est complètement perdu, poursuit David, soutenu par l’antenne locale de l’Association d’aide aux victimes d’infractions pénales (Adavip).
J’ai été abreuvé de cartes d’officiels en tous genres et puis, avec le temps, on se retrouve seul avec énormément de défis à relever. Notre vie se réécrit chaque jour. On s’adapte en permanence. »

Timothée BOUTRY
Lire l'article en ligne publié dans Le Parisien, le 13 octobre 2015

 

Gérard CHEMLA, avocat rémois réputé en matière pénale des victimes
Gérard CHEMLA
Avocat associé
Pauline MANESSE-CHEMLA, avocate pour les victimes
Pauline MANESSE-CHEMLA
Avocat associé

Dans la même thématique

L’arrêt V13 (attentats du 13 novembre 2015)

Publié le 25 octobre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat
L’arrêt V13 (attentats du 13 novembre 2015) sur intérêts civils a été rendu ce matin par la Cour d’assises spécialement composée. Il s’agit de la partie d’un arrêt qui décide qui peut être considéré comme partie civile, c'est-à-dire comme victime au sens du droit pénal à la suite des condamnations pour tentative d’assassinat terroriste, complicité, association de malfaiteurs, terroriste ou non. Cette décision est importante en ce qu’elle tranche des questions qui étaient toujours pendantes près de 8 années après les faits et surtout parce qu’elle pose un cadre qui, au-delà des seuls attentats du 13 novembre, permettra de résoudre des questions consécutives à d’autres attentats.

Les frères CLAIN : mort non officielle et condamnation exemplaire

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

A la fin du mois de février 2019, les médias ont annoncé la mort des frères Fabien et Jean-Michel CLAIN, jihadistes français, acteurs majeurs de la propagande francophone de l’État islamique, dans des frappes de la coalition internationale.

La Taqqiya ou l’art de la dissimulation dans le jihadisme

Publié le 08 septembre 2022 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

La Cour d’assises antiterroriste spécialement composée de magistrats professionnels juge en ce moment-même vingt individus accusés d’avoir participé aux attentats du 13 novembre : coordinateurs, membres de commandos, logisticiens…

Les débats qui ont lieu sur l’île de la cité, au sein du Palais de justice historique, dans une salle d’audience spécialement construite et aménagée en vue de ce procès, ont à plusieurs reprises fait référence à la Taqqiya.

La déchéance progressive de l’Etat Islamique

Publié le 21 février 2019 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

La presse fait état ce jour de l’élimination des frères CLAIN, principales figures francophones de l’Etat Islamique.
Les informations qui nous parviennent sont encore très parcellaires, mais une frappe ciblée de la coalition internationale serait à l’origine de la mort du frère ainé, Fabien CLAIN.
Jean-Michel CLAIN serait quant à lui gravement blessé.

Attentats du 13 novembre : la Belgique garde ses secrets

Publié le 09 octobre 2018 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

A la suite des attentats de Paris et à la demande explicite de la commission d’accompagnement parlementaire belge, le Comité permanent P., qui correspond à la police des polices belge, l’équivalent de l’IGPN français (Inspection Générale de la Police Nationale), a décidé, le 26 novembre 2015, de mener une enquête de contrôle relative à « la position d’information des services de police belges concernant les attentats terroristes survenus à Paris, le 13 novembre 2015 ».

Le rejet de la responsabilité de l’État français dans la survenance des attentats du 13 novembre

Publié le 24 juillet 2018 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

Un an après les attentats du 13 novembre 2015, des victimes avaient introduit une requête aux fins de reconnaissance de la responsabilité de l’État dans la perpétration des attentats de Paris et Seine-Saint-Denis devant le Tribunal administratif de Paris. Une défaillance de l’État français et de ses services de renseignement était invoquée. A l’appui de leur recours, les requérants faisaient valoir l’existence de plusieurs fautes :

Affaire Vincent LAMBERT : Encore une expertise !

Publié le 23 avril 2018 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime des accidents de la route / circulation

Affaire Vincent LAMBERT : Le cabinet ACG intervient dans ce douloureux dossier dans lequel l’éthique et la médecine interpellent le droit pour trancher humainement la question des limites des connaissances de la science lorsque la vie devient souffrance alors même qu’elle est artificiellement maintenue.

Affaire Vincent LAMBERT : les médecins concluent à l’arrêt des soins.

Publié le 10 avril 2018 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime des accidents de la route / circulation

Le docteur Vincent SANCHEZ en charge du dossier de Vincent LAMBERT a terminé ses consultations et la 4e procédure collégiale concernant ce patient.

A la veille du 5e anniversaire du premier arrêt de soins, il a conclu à l’absence de conscience du patient et donc au fait que les traitements dont il fait l’objet relèvent d’une obstination déraisonnable,... le lecteur comprendra acharnement thérapeutique.

SNCF l'intouchable : comment l'entreprise publique échappe à la justice

Publié le 16 janvier 2018 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’accident collectif : bus, train, crash d’avion
Millas, Eckwersheim, Castelsarrasin, Brétigny : des accidents et des morts. Mise en cause, la compagnie ferroviaire SNCF se protège pour éviter le grand déballage. Nos révélations.

Par Anne Jouan et Laurent Valdiguié
Voir l'article "SNCF, l'intouchable" en ligne et dans son intégralité paru dans le n°1 "Ebdo" du 12 au 18 janvier 2018

Attentats : la justice ne veut pas tout savoir

Publié le 31 juillet 2017 - Thème(s) : Thème : Droit des victimes, Thème : Victime d’attentat

Depuis 18 mois, Me Chemla, Conseil de nombreuses victimes, et son équipe, réalisent un travail de fond sur le dossier relatif aux tragiques attentats du 13 novembre 2015.

Il a ainsi été amené à pointer du doigt plusieurs défaillances qui ont eu un impact sur la réalisation des attentats, mais aussi sur l’enquête. Il a souhaité attirer l’attention des juges afin que ces défaillances ne puissent plus se reproduire, mais à l’évidence la justice préfère faire la sourde oreille.