La séparation du couple et l’indivision immobilière

Publié le
Séparation et indivision immo : explications de Me Haumesser Traverse, avocate de la famille à Châlons-en-Champagne

L’acquisition en indivision d’un logement peut être un redoutable sujet de tension lors de la séparation du couple car cette dernière nécessite bien souvent la réalisation de comptes entre les coindivisaires.

En effet, il n’est pas rare que l’un des deux ait financé tout ou partie de la part de son coindivisaire avec ses deniers propres et la question qui se pose alors est de savoir s’il peut au moment de la séparation prétendre au paiement d’une créance.

Malheureusement, le droit de propriété ne dépend pas du financement de l’opération. Faute de précision, le bien indivis appartient par moitié à chacun des deux indivisaires.

Toutefois une distinction doit être faite entre le financement par un emprunt ou au moyen d’un apport personnel dans l’hypothèse où le bien acquis ne constitue pas le domicile de la famille.

Si l’une des parties a remboursé l’emprunt souscrit lors de l’acquisition du bien immobilier, ce remboursement est considéré comme une dépense nécessaire à sa conservation. Elle disposera d’une créance contre l’indivision (article 815-13 al1 du CCiv) dont elle pourra se prévaloir lors de la séparation. Il lui suffira d’apporter la preuve que les fonds utilisés lui appartiennent en propre.

En revanche, le financement de l’acquisition par un apport personnel ne peut donner lieu à indemnisation sur le fondement de l’article 815-13 du CCiv. Dans ce cas, cet indivisaire ne pourra se prévaloir d’une créance à l’égard de l’indivision mais à l’égard de son coindivisaires.

Afin d’éviter ce contentieux, il est recommandé d’insérer dans l’acte d’acquisition du bien en indivision, une clause stipulant qu’un des indivisaires a effectué un apport personnel. Ainsi en cas de séparation il pourra récupérer celui-ci sans discussion.

La neutralisation de la créance

La Cour de Cassation s’est attachée à neutraliser le droit à créance des époux par l’obligation de contribuer aux charges du mariage (article 214 cciv). Cette neutralisation s’applique également aux personnes pacsées et aux concubins ; le fondement étant pour les premiers l’aide matérielle et pour les seconds la participation aux dépenses de la vie courante.

En principe, chaque époux doit contribuer aux charges du mariage à proportion de ses facultés c'est-à-dire ses capacités financières.

La jurisprudence considère que le financement du logement de la famille par l’un des époux est constitutif de son obligation de contribuer aux charges du mariage.

Ce principe s’applique également aux personnes pacsées et aux concubins.

La Cour de Cassation admet que le remboursement de l’emprunt ayant permis le financement de l’achat indivis du logement familial constitue une dépense de la vie courante.

Le remboursement du prêt (paiements échelonnés) est considéré comme une contribution aux charges du mariage et non l’apport en capital de fonds personnels.

Afin d’éviter la neutralisation de la créance, l’époux demandeur peut toujours tenter de démontrer que sa contribution aux charges du mariage a excédé sa participation normale au regard de ses capacités financières.

Afin d’éviter cette situation, il est recommandé d’inclure dans l’acte d’acquisition du bien immobilier une clause précisant que les acquéreurs n’entendent pas faire du remboursement de l’emprunt un mode de contribution aux charges de la vie courante Anticiper, c’est éviter d’ajouter à la séparation un contentieux supplémentaire et délicat.

Elisabeth HAUMESSER TAVERSE, avocate à Châlons - divorce (51)
Élisabeth HAUMESSER TRAVERSE
Avocat associé

Dans la même thématique

Que faire si le parent ne respecte pas un jugement du juge aux affaires familiales sur l’autorité parentale ou la pension alimentaire ?

Que faire si le parent ne respecte pas un jugement du juge aux affaires familiales sur l’autorité parentale ou pension alimentaire ?

Indemnité d'occupation et jouissance d'un bien indivis

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Divorce, séparation, Thème : Liquidation et partage de régime matrimonial, communauté, indivision
Il est classique que lors d’une séparation l’un des conjoints parte et l’autre reste dans la maison indivise dont ils sont tous deux propriétaires.

ABC des régimes matrimoniaux

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Liquidation et partage de régime matrimonial, communauté, indivision
Un panorama synthétique des contrats matrimoniaux existants pour comprendre simplement la portée et le cadre de chaque type de contrat. 

Créances dans le couple : combien de temps a le conjoint pour les réclamer à l’autre ?

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Divorce, séparation
Créances dans le couple : combien de temps a le conjoint pour les réclamer à l’autre ? Tout d’abord il convient de rappeler ce qu’est une créance entre époux ou partenaires ou concubins. Explications de Me Aude GALLAND, avocate de la famille.

Inertie d’un héritier : comment le contraindre à opter dans la succession ?

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Succession, donation, testament, assurance-vie
Une succession peut être très rapidement bloquée par l’absence de prise de position d’un héritier. Cet héritier n’indique pas s’il entend accepter ou renoncer à la succession, et ne répond à aucunes sollicitations ni de ses cohéritiers ni du notaire chargé du règlement de la succession. Cette inertie est problématique pour ses cohéritiers qui, confrontés aux règles de l’indivision successorale, se retrouvent bloqués dans leurs démarches. Comment contraindre un héritier à opter dans la succession ?

Indexation de la pension alimentaire

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Divorce, séparation

Bien souvent il échappe aux parents séparés, créanciers ou débiteurs d’une pension alimentaire, la disposition contenue dans leur décision de justice, leur convention de divorce ou accord parental relative à l’indexation de la pension alimentaire.

Cette indexation permet la revalorisation chaque année d’une pension alimentaire en fonction de l’évolution des flux.

Cette actualisation suppose l’application à la contribution parentale d’un indice de référence lequel tient compte de l’évolution des prix à la consommation et donc de l’inflation.

La coparentalité et les modes amiables d’organisation de la vie des enfants en cas de séparation de leurs parents

La séparation d’un couple marié ou pas est toujours un évènement douloureux tant pour les parents que pour leurs enfants. Aussi est-il primordial de préserver ces derniers et d’agir dans le respect absolu de l’intérêt de l’enfant.

Vacances d’été : l’exercice du droit de visite et d’hébergement, l’organisation des vacances, le paiement des pensions alimentaires.

C’est bientôt les vacances et vos questions se bousculent autour de l’exercice du droit de visite et d’hébergement, l’organisation des vacances, le paiement des pensions alimentaires.

Quelques réponses aux questions récurrentes ci-dessous :

• OUI, vous devez continuer à régler la pension alimentaire fixée même si vous avez les enfants pendant un mois de vacances. La contribution est lissée sur l’année.

Changer de nom de famille sur simple déclaration en Mairie - Loi du 2 Mars 2022

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Changement de prénom ou nom

A compter du 1er juillet 2022, toute personne majeure pourra choisir de porter le nom de sa mère ou de son père ou les deux ou d’en inverser l’ordre.
Ce changement ne pourra intervenir qu’une fois dans sa vie.

C’est quoi la réserve héréditaire ?

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Succession, donation, testament, assurance-vie

S’il est un principe relativement bien connu de tous, c’est qu’« en France, on ne peut pas déshériter ses enfants ».
Ce principe renvoie à la notion de réserve héréditaire.

La réserve héréditaire est une part du patrimoine qui est réservée à certains proches et à laquelle le défunt « ne peut pas toucher ».  Par opposition, la « quotité disponible » est la part dont le défunt peut librement disposer par le biais de libéralités (c’est-à-dire par donations et legs).