Créances dans le couple : combien de temps a le conjoint pour les réclamer à l’autre ?

Publié le
Divorcé(e), votre conjoint vous doit de l'argent. Comment ça marche

Tout d’abord il convient de rappeler ce qu’est une créance entre époux ou partenaires ou concubins ?

Définition

Il s’agit d’un mouvement de valeur entre patrimoine personnel.

Une créance nait lorsqu’une personne prête ou donne de l’argent à son conjoint pour qu’il règle une dette personnelle, acquiert un bien ou fasse des travaux d’amélioration dans un immeuble, finance un apport…

Dans les couples mariés, la question de créances éventuelles se pose principalement dans le régime de la séparation de biens. En communauté, elle interviendra uniquement lorsqu’un époux investit des fonds propres dans le patrimoine propre de l’autre époux. (mouvement entre les patrimoines propres). Les autres mouvements seront régis par les règles de liquidation de la communauté.

Une fois la séparation consommée ou le divorce prononcé, il est fréquent que l’ex-compagnon veuille récupérer les sommes investies dans le patrimoine de l’autre.

Mais n’est-il pas trop tard ?

Délai

Le délai de prescription des créances est celui de droit commun soit cinq ans.

Mais selon la forme de conjugalité, le point de départ diffère.

  • Entre époux séparés de biens, les créances peuvent être réclamées à tout moment même pendant le mariage. Rien n’oblige à attendre le partage de l’ensemble des biens du couple.

Toutefois le délai de cinq ans commence à courir à compter du jour où le divorce a acquis force de chose jugée.

L’époux aura cinq ans pour réclamer les créances à compter du moment où le jugement de divorce sera devenu définitif.

En effet l’article 2236 du code civil s’applique. Il prévoit que "Elle (la prescription) ne court pas ou est suspendue entre époux, ainsi qu'entre partenaires liés par un pacte civil de solidarité."

  • Ainsi un partenaire aura cinq ans à compter de la dissolution enregistrée du PACS pour réclamer les sommes à son ex-partenaire.
  • Attention les concubins ne bénéficient pas de cette suspension de la prescription pendant la durée de la relation.

Ainsi ils auront cinq ans à compter du fait générateur de créance soit du transfert de valeur pour réclamer les sommes peu importe qu’ils soient toujours en couple…

Aude GALLAND, avocate de la famille à Reims : divorce, séparation 51
Aude GALLAND
Avocat associé

Dans la même thématique

Que faire si le parent ne respecte pas un jugement du juge aux affaires familiales sur l’autorité parentale ou la pension alimentaire ?

Que faire si le parent ne respecte pas un jugement du juge aux affaires familiales sur l’autorité parentale ou pension alimentaire ?

Indemnité d'occupation et jouissance d'un bien indivis

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Divorce, séparation, Thème : Liquidation et partage de régime matrimonial, communauté, indivision
Il est classique que lors d’une séparation l’un des conjoints parte et l’autre reste dans la maison indivise dont ils sont tous deux propriétaires.

ABC des régimes matrimoniaux

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Liquidation et partage de régime matrimonial, communauté, indivision
Un panorama synthétique des contrats matrimoniaux existants pour comprendre simplement la portée et le cadre de chaque type de contrat. 

La séparation du couple et l’indivision immobilière

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Divorce, séparation
La séparation du couple et l’indivision immobilière, ce qu'il faut savoir. Explications de Me Haumesser Traverse, avocate de la famille

Inertie d’un héritier : comment le contraindre à opter dans la succession ?

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Succession, donation, testament, assurance-vie
Une succession peut être très rapidement bloquée par l’absence de prise de position d’un héritier. Cet héritier n’indique pas s’il entend accepter ou renoncer à la succession, et ne répond à aucunes sollicitations ni de ses cohéritiers ni du notaire chargé du règlement de la succession. Cette inertie est problématique pour ses cohéritiers qui, confrontés aux règles de l’indivision successorale, se retrouvent bloqués dans leurs démarches. Comment contraindre un héritier à opter dans la succession ?

Indexation de la pension alimentaire

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Divorce, séparation

Bien souvent il échappe aux parents séparés, créanciers ou débiteurs d’une pension alimentaire, la disposition contenue dans leur décision de justice, leur convention de divorce ou accord parental relative à l’indexation de la pension alimentaire.

Cette indexation permet la revalorisation chaque année d’une pension alimentaire en fonction de l’évolution des flux.

Cette actualisation suppose l’application à la contribution parentale d’un indice de référence lequel tient compte de l’évolution des prix à la consommation et donc de l’inflation.

La coparentalité et les modes amiables d’organisation de la vie des enfants en cas de séparation de leurs parents

La séparation d’un couple marié ou pas est toujours un évènement douloureux tant pour les parents que pour leurs enfants. Aussi est-il primordial de préserver ces derniers et d’agir dans le respect absolu de l’intérêt de l’enfant.

Vacances d’été : l’exercice du droit de visite et d’hébergement, l’organisation des vacances, le paiement des pensions alimentaires.

C’est bientôt les vacances et vos questions se bousculent autour de l’exercice du droit de visite et d’hébergement, l’organisation des vacances, le paiement des pensions alimentaires.

Quelques réponses aux questions récurrentes ci-dessous :

• OUI, vous devez continuer à régler la pension alimentaire fixée même si vous avez les enfants pendant un mois de vacances. La contribution est lissée sur l’année.

Changer de nom de famille sur simple déclaration en Mairie - Loi du 2 Mars 2022

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Changement de prénom ou nom

A compter du 1er juillet 2022, toute personne majeure pourra choisir de porter le nom de sa mère ou de son père ou les deux ou d’en inverser l’ordre.
Ce changement ne pourra intervenir qu’une fois dans sa vie.

C’est quoi la réserve héréditaire ?

Publié le - Thème(s) : Thème : Droit de la famille, Thème : Succession, donation, testament, assurance-vie

S’il est un principe relativement bien connu de tous, c’est qu’« en France, on ne peut pas déshériter ses enfants ».
Ce principe renvoie à la notion de réserve héréditaire.

La réserve héréditaire est une part du patrimoine qui est réservée à certains proches et à laquelle le défunt « ne peut pas toucher ».  Par opposition, la « quotité disponible » est la part dont le défunt peut librement disposer par le biais de libéralités (c’est-à-dire par donations et legs).